Dieu te cherche

Fils d’une noble famille, riche, honoré, brillant officier, il était fort entouré à cause de sa distinction et de ses qualités naturelles. Mais, quant aux choses de Dieu, il était si indifférent, qu’un vieux chrétien le voyant un jour parader sur son cheval disait :

 

« S’il y a quelque chose d’impossible à Dieu, c’est bien la conversion de cet homme ».

Le vent de l’épreuve vint s’abattre sur sa maison et sa compagne bien-aimée lui fut enlevée ; il connut les longues soirées de solitude dans le deuil. Un jour, son ordonnance, un croyant dévoué, le vit en proie au plus grand désespoir. Il se permit de lui dire :

 

« Mon capitaine, Dieu vous cherche. Il a besoin de vous. Donnez-lui votre cœur ».

 

Très surpris d’un tel langage dans la bouche d’un inférieur, l’officier répondit :

« Vous avez très bien soigné mes chevaux et je vous en remercie, mais je ne veux pas que vous vous occupiez de mes croyances religieuses. J’ai la conviction que chacun entre au ciel en suivant ses sentiments personnels.

- Mon capitaine, répliqua le soldat, il n’y a qu’une seul foi qui sauve, c’est la foi en Jésus. Un seul chemin qui conduit au ciel : JÉSUS.

- Retirez-vous, laissez-moi seul ».

 

Seul, oui, mais avec ses péchés. Seul, mais devant Dieu. Quelques temps après, le capitaine rencontra un de ses amis qui l’aborda par ces paroles :

« Dieu te cherche, et tu dois Lui donner ton cœur ».

 

C’est étrange, pensa l’officier. La même parole m’est dite une deuxième fois ! Il faudrait, quand même, que j’y prête attention. Voyant l’inquiétude non dissimulée de son interlocuteur, cet ami croyant tira un Nouveau Testament de sa poche. Ecoute, dit-il.

L’officier écoutait attentivement:

« En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole et qui croit celui qui m’a envoyé, à la vie éternel, et je ne pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5/24). Comprends bien, ajouta le lecteur : Tout homme est pécheur et par conséquent perdu. Dieu aurait pu se désintéresser de l’homme, qui né dans le péché s’est complu dans le péché, loin de Lui. Chose merveilleuse : Il l’a aimé. Jésus est descendu du ciel pour le sauver. Il a porté sur la croix le jugement et la malédiction que nous avions encourus. Pour TOI, il a été livré à la mort. Dieu sauve ceux qui croient. Croire, c’est recevoir c’est recevoir Son message, se fier au témoignage de Sa Parole, détourner ses regards de soi-même pour les porter sur Christ. En un mot, c’est se confier en Celui qui a été livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification. Ecoute encore : « Qui croit au fils à la vie éternelle ». (Jean 3/36)

 

La lumière brilla dans cette âme inquiète et la paix inonda vraiment son cœur. Il rentra chez lui, ne cessant de répéter : « Merci, Seigneur, merci. Je suis sauvé ».

 

Et durant de longues années, il trouva sa joie à parler aux autres de l’amour de Jésus.

Lecteur, dieu vous cherche, où que vous soyez, seriez-vous le plus grand des pécheurs ou le plus honnête des hommes. Il a besoin de vous pour son propre bonheur : vous pouvez, AUJOURD’HUI, être un sujet de joie pour le ciel. Donnez-Lui votre cœur.

 

Oh ! Quelle joie éclate dans le ciel

Lorsqu’un pécheur vient répondre à l’appel

Du Sauveur qui l’invite.

Tous ses péchés sont ôtés pour jamais.

Jésus lui donne et la vie et la paix.

Et dans son sein l’abrite.