Rechercher

Le livre de ma mère

De tout ce que ma mère à sa mort à laissé,

Réveillant sa mémoire en la nuit du passé,

Rien ne rappelle plus son cœur fervent, sensible,

Ne la fait mieux revivre à mes yeux que sa Bible ;

Dans la joie ou les pleurs, chaque jour elle allait

Chercher au livre saint l’appui qu’il lui fallait.


Je crois encor la voir, joignant ses blanches mains

Sur l’évangile ouvert, vase offert aux humains,

Y puiser l’espérance, y recueillir ce baume

Qui console au palais comme sous l’humble chaume ;

Chrétienne, elle y trouvait le calme souhaité,

Par la page divine à son âme apporté.


Ah ! Redeviens encor le seul que je consulte,

Livre admirable et saint où se base mon culte !

Des œuvres des humains que mon esprit lassé

Retrouve à ton aspect l’image du passé,

Et rappelle toujours à ma vieillesse amère

Ce que j’aimai le plus : Dieu, Jésus et ma mère !

PETIT-SENN

Tiré de LE BON ALMANACH 1930

16 vues